HRC42: Statement on the Democratic Republic of the Congo (DRC)

19 September 2019

Statement on the Democratic Republic of the Congo (DRC)

UN Human Rights Council 42nd session (9 – 27 September 2019)

Item 6: Universal Periodic Review

 

In this statement, we will address concerns raised by WILPF DRC in the context of the UPR, including in its individual report submitted for the 33rd Session of the Working Group.  WILPF welcomes the support of the DRC for recommendations 119.189, [1] 119.209 [2] and 119.213 [3] calling for the adoption of specific legislation criminalising domestic violence and marital rape. Measures must also be taken to ensure that women victims of domestic violence have effective access to justice, including protection against threats from their spouses or families, as well as psychosocial and medical assistance. Moreover, there is an urgent need to raise public awareness to end the normalisation of these forms of violence.

With regard to women’s participation in public and political life, we welcome the support of the DRC to recommendations 119.61 [4] calling on the government to effectively implement its second National Action Plan on Security Council Resolution 1325, and 119.226 [5] calling on the government to review, in consultation with women’s organisations, the current electoral law with the aim of eliminating all obstacles that prevent many women to present their candidacies to elective office. In this context, we welcome the adoption of above-mentioned second National Action Plan in September 2018 and urge the government to allocate the necessary human and financial resources for its effective implementation. We also welcome the increase from 10% to 17% of the proportion of women in the new government; however, we urge the government to redouble its efforts to achieve at least 30% representation of women, including through the adoption of temporary special measures in all areas of public life, as recommended by the CEDAW Committee. [6]

We also welcome the support of the DRC for Recommendation 119.123 [7] regarding the regulation of small arms and light weapons and underline the urgent need for the DRC to review its domestic legislation and ratify the relevant instruments, in particular the Kinshasa Convention [8] and the Arms Trade Treaty.

The DRC’s support for several recommendations relating to child labour in artisanal mines is also commendable. [9] Many women and girls work in artisanal mines and suffer serious human rights violations compounded by gender-based discrimination, including forced prostitution, early pregnancy and other forms of gender-based violence. It is essential that the gender dimension be fully taken into account in the implementation of these recommendations and in any regulatory measures of artisanal mining.

Finally, we welcome the collaboration of the government with women’s organisations in the context of the Universal Periodic Review and call on it to work in an inclusive manner with all civil society organisations in the implementation of the UPR recommendations as well as those recently made by the Committee on the Elimination of Discrimination against Women following its review of the DRC report.

 

Download the PDF version of the Statement in the Democratic Republic of the Congo (DRC)

[1] 119.189. Finalize the review of the national strategy to combat gender-based violence by defining specific measures for tackling domestic violence (Senegal).
[2] 119.209. Institute a legal framework that criminalizes and punishes domestic violence and marital rape, trains officials in responding to such crimes, and extends services to survivors (Australia).
[3] 119.213.Adopt and implement, in line with Sustainable Development Goal 5, legislation that addresses domestic violence, and take concrete steps to end domestic violence and marital rape (Netherlands).
[4] 119.61 Implement the new national action plan on women and peace and security (for the years 2018 to 2022) (Norway).
[5] 119.226 Review the current electoral law with the aim of removing all obstacles that prevent many Congolese women from standing as candidates for elected positions, for instance, removing the $1,000 payment required from candidates for women only, in full consultation with women’s organization (Haiti).
[6] Concluding observations on the eighth periodic report of the Democratic Republic of the Congo. CEDAW/C/COD/CO/8, paragraphs 22 and 23.
[7] 119.123 Address the accumulation and illicit transfer of small arms and light weapons through improved stockpile management, effective prosecution of unauthorized sellers and distributors, and progression of legislative controls (Australia).
[8] Central African Convention for the Control of Small Arms and Light Weapons, their Ammunition, Parts and Components that can be used for their Manufacture, Repair or Assembly.
[9] 119.233 Take steps to eliminate child labour, including in illegal mines, and establish structures to support affected children (Australia); 119.240 Establish public structures for the reception of children removed from mines and for counselling, support and stabilization of those children (Zambia); 119.243 Take the necessary measures to ensure that children are not exploited in artisanal mines (Canada). See also: 119.156 Consider regularizing unauthorized mining areas, taking into account safety and policy considerations (Ghana).

 

Déclaration sur la République Démocratique du Congo

42esession du Conseil des Droits de l’Homme (9 – 27 septembre 2019)

Point 6: Examen Périodique Universal

 

Dans cette déclaration, nous aborderons des préoccupations soulevées par WILPF RDC dans le contexte de l’EPU, y compris dans son rapport individuel soumis pour la 33e Session du Groupe de Travail. [1] WILPF accueille le soutien de la RDC aux recommandations 119.189 [2] , 119.209 [3] et 119.213 [4] appelant à l’adoption d’une législation spécifique incriminant les violences domestiques et le viol conjugal. Des mesures doivent également être prises pour garantir aux femmes victimes de violences domestiques un accès effectif à la justice, dont des mesures de protection contre les menaces de leur conjoint ou famille, ainsi qu’une assistance psychosociale et médicale. En outre, des actions de sensibilisation du grand public doivent être prises d’urgence pour mettre fin à la normalisation de ces formes de violence.

S’agissant de la participation des femmes à la vie publique et politique, nous accueillons le soutien de la RDC aux recommandations 119.61 [5] appelant le gouvernement à mettre effectivement en œuvre son deuxième plan d’action national sur la Résolution 1325  du Conseil de sécurité et 119.226 [6] appelant le gouvernement à examiner, en consultation avec des organisations de femmes, la loi électorale en vigueur dans le dessein d’éliminer tous les obstacles qui empêchent de nombreuses femmes de présenter leur candidature aux fonctions électives. Dans ce contexte, nous saluons l’adoption de ce deuxième plan d’action national de la résolution 1325 en Septembre 2018 et exhortons le gouvernement à y allouer les ressources humaines et financières nécessaires pour sa mise en œuvre effective. Nous accueillons l’accroissement de 10% à 17% de la proportion de femmes au sein du nouveau gouvernement ; toutefois nous invitons le gouvernement à redoubler d’efforts pour atteindre au moins 30% de représentativité, y compris par l’adoption de mesures temporaires spéciales et ce, dans tous les secteurs de la vie publique tel que recommandé par le Comité CEDEF. [7]

Nous accueillons aussi le soutien de la RDC à la recommandation 119.123 [8] relative au contrôle des armes légères et de petit calibre et soulignons le fait qu’il est urgent que la RDC revoie sa législation interne en la matière et ratifie les instruments pertinents notamment la Convention de Kinshasa et le Traité sur le Commerce des Armes.

Le soutien de la RDC à plusieurs recommandations relatives au travail des enfants dans les mines artisanales est aussi louable. [9] De nombreuses femmes et filles travaillent dans les mines artisanales et souffrent de violations graves de leurs droits humains aggravées du fait de leur genre notamment de prostitution forcée, de grossesses précoces et d’autres formes de violences basées sur le genre. Il est primordial que la dimension de genre soit pleinement prise en compte dans la mise en œuvre de ces recommandations et dans toute mesure de contrôle de l’exploitation minière artisanale.

Enfin, nous saluons la collaboration entre le gouvernement et les organisations de femmes dans le cadre de l’Examen Périodique Universel et l’appelons à travailler de manière inclusive avec toutes les organisations de la société civile dans la mise en œuvre des recommandations issues de l’EPU et aussi du récent examen par le Comité sur l’Élimination de la Discrimination à l’égard des Femmes.

 

Télécharger la version PDF de la déclaration sur la République Démocratique du Congo (RDC)

[1] Femmes, Paix et Sécurité en République Démocratique du Congo, Rapport individuel soumis par WILPF RDC pour la 33e Session du Groupe de Travail de l’Examen Périodique Universel, disponible sur la site : https://www.wilpf.org/portfolio-items/contribution-of-wilpf-drc-to-the-universal-periodic-review/.
[2] 119.189. Mettre au point l’examen de la stratégie nationale de lutte contre la violence fondée sur le genre en définissant des mesures propres à faire face à la violence domestique (Sénégal).
[3] 109.209. Établir un cadre juridique qui incrimine et réprime la violence domestique et le viol conjugal, former des fonctionnaires à traiter ce genre d’infractions et élargir les services fournis aux victimes (Australie).
[4] 119.213. Adopter et appliquer, dans l’esprit de l’Objectif 5 de développement durable, une loi qui porte sur la violence domestique, et prendre des mesures concrètes pour éliminer la violence domestique et le viol conjugal (Pays-Bas).
[5] 119.61. Appliquer le nouveau plan d’action sur les femmes et la paix et la sécurité (2018-2022) (Norvège).
[6] 119.226. Examiner, en consultation avec des organisations de femmes, la loi électorale en vigueur dans le dessein d’éliminer tous les obstacles qui empêchent de nombreuses Congolaises de présenter leur candidature aux fonctions électives, par exemple en supprimant le versement de 1 000 dollars exigé des seules candidates (Haïti).
[7] Observations finales sur le huitième rapport périodique de la République démocratique du Congo, CEDAW/C/COD/CO/8, paragraphes 22 and 23.
[8] 119.123. Combattre l’accumulation et le transfert illicite d’armes de petit calibre et d’armes légères par une amélioration de la gestion des stocks, des poursuites contre les vendeurs et distributeurs non autorisés et l’application de mesures de contrôle législatif (Australie).
[9] 119.233 Prendre des mesures pour éliminer le travail des enfants, en particulier dans les mines non autorisées et instaurer des structures de soutien aux enfants touchés (Australie) : 119.240 Mettre en place des structures publiques d’accueil d’enfants qui ont été retirés des mines, ainsi que des services de conseil, de soutien et de stabilisation à leur intention (Zambie) : 119.243 Prendre les mesures requises pour que les enfants ne soient pas exploités dans les mines artisanales (Canada). Voir également : 119.156 Envisager de régulariser les zones minières non autorisées, en tenant compte des considérations de sécurité et de politique générale (Ghana).